L’histoire de Sylvie …

Chapitre I

Salut, moi c’est Sylvie, j’ai 24 ans. On est le 30 novembre 2015 et je suis sur le point de me marier dans quelques minutes, mais avant ce grand moment attendu, je vais vous confier un secret, le secret qui m’a permis d’en arriver là. Ce secret qui m’a permis de rencontrer mon prince charmant, cet homme qui a beaucoup d’assurance. Je ne me marie pas avec lui parce qu’il est chef d’une entreprise, qu’il a beaucoup d’argent ou qu’il a bien réussi sa vie étant encore si jeune. Mais je me marie avec lui parce que…. Vous allez le découvrir dans mon histoire.



« 4 ans en arrière ;  


2011  :

Aujourd’hui j’ai passé une journée un peu particulière. Je travaille dans une boulangerie à quelques rues de chez moi, mais je suis tellement flemmarde que je prends toujours le métro pour y aller. Ce matin un homme est venu pour acheter un croissant, c’était la première fois que je le voyais. Il est passé encore en fin de matinée et cette fois-ci c’était pour un dessert. Il m’a en même temps abordée ; il a voulu savoir comment je m’appelais, depuis combien de temps je travaillais là, etc.. Il s’appelle Daniel. Sa manière de parler et surtout ce respect qu’il dégage m’attire beaucoup, mais bon, il ne faut pas que je m’emballe.


Depuis, presque tous les jours, il passe à la même heure à la boulangerie pour acheter des croissants, du café, etc.. Il prend souvent de mes nouvelles et même qu’une fois, il a voulu prendre mon numéro, vu que ça faisait un bon moment qu’on se parlait, mais je lui ai dit que je ne donnais pas mon numéro. Un jour, je me suis décidée à lui demander son numéro, pour ne pas lui donner le mien et éviter d’être directement harcelée de messages.  
En réalité, je n’ai moi-même pas perdu de temps. À peine rentrée le soir, ayant fini de faire tout ce que j’avais à faire, je l’ai appelé. Il m’énervait parfois, je sais qu’il est attiré par moi et qu’il veut quelque chose avec moi, mais ça me rend folle, il ne veut pas l’admettre et surtout c’est à peine s’il me fait des compliments. Je crois qu’il n’est pas fait pour moi. Déjà qu’il n’est pas du genre à faire la fête tout le temps alors que moi j’aime ça. Il étudie beaucoup comme s’il allait devenir avocat un jour hahaha. Mais bon il est chrétien, je trouve ça bien pour lui qu’il croie en quelque chose. Moi aussi je suis croyante, mais non pratiquante, mes parents sont catholiques et j’allais à l’église avant, mais bon c’était il y a des années maintenant.

En tout cas il me fait rire parce qu’il est trop rêveur et moi c’est tout le contraire. Et le pire de tout, c’est que moi je n’aime pas du tout les études et je ne suis pas faite pour ça. Mes notes ont toujours été insuffisantes et tous les profs disaient que j’étais nulle. Du coup, je ne pensais même pas à continuer les études et à peine terminé mon gymnase, j’ai pris le premier job qui m’a été proposé : « vendeuse dans une boulangerie ».

J’ai 2 grandes sœurs et 2 grands frères ensuite une petite sœur. Mes parents m’ont toujours dit à moi que je n’étais pas intelligente par rapport à mes frères et sœurs, qu’eux ils feraient des études supérieures, du coup, ils réussiraient dans leur vie et que moi, je ne réussirais rien.
Je sais que je ne gagne pas beaucoup d’argent, mais au moins ça me permet de vivre. Je n’aime pas me compliquer la vie en me posant trop de questions sur le sens de la vie, sur l’avenir ou bien sur ce que je pourrais faire. Lui il me parle de ça comme s’il allait réussir alors qu’il fait des études qui n’ont rien à voir avec ce qu’il veut devenir et il me parle de grandes choses comme si sa vie allait basculer par un coup de chance hahaha mais j’aime bien lui parler quand même. 

Aujourd’hui on est dimanche, j’avais vraiment envie de ne rien faire, juste envie de rester à la maison avec des bonbons et de regarder des films toute la journée. Voilà que Daniel m’a appelée, il venait de finir l’église, comme tous les dimanches. Faut toujours qu’il m’appelle pour me raconter comment c’était son culte, même si cela ne m’intéresse pas plus que ça, mais j’aime le fait de savoir qu’à lui ça lui plait de croire en quelque chose..

J’ai répondu en faisant croire que j’étais super occupée alors que je ne faisais rien depuis que je m’étais réveillée. Mais aujourd’hui il m’a posé une question qui a remis en question toute ma perception de la vie.  

Il m’a dit :

Sylvie aujourd’hui j’ai eu une pensée pour toi, le message d’aujourd’hui était sur « l’estime de soi » et depuis que je parle avec toi, j’ai remarqué que tu as vraiment une mauvaise estime de toi, tu dis toujours que tu ne sais rien faire et quand on te dit « Essaie ! » tu dis toujours que ça ne sert a rien d’essayer alors que tu sais déjà que tu vas échouer. Tu dis que tu n’aimes pas essayer par peur d’échouer, alors du coup tu n’essaies pas, comme ça personne ne pourra dire que tu as essayé et tu as échoué. Tu n’aimes pas apprendre, mais en même temps tu te plains de ne rien savoir. Tu dis que dans la vie soit on naît riche soit on naît pauvre et que la destinée est déjà définie, on sait que si on est pauvre on le restera à moins d’avoir la chance de gagner à l’euro million. Je ne sais pas si on t’a déjà posé cette question auparavant, mais moi, j’ai envie qu’aujourd’hui tu me le dises exactement : comment tu te perçois ? 



Moi :…. Heuuuu c’est comme ça que tu me vois ? 



Lui : Non je ne te vois pas comme ça, mais c’est comme ça que tu te laisses percevoir et je ne sais pas pourquoi. 



Moi : Ecoute ce n’est pas parce que toi, à travers ta croyance tu t’y connais soi-disant que forcément pour tout le monde ça doit être pareil. Et tu n’as qu’à aller parler avec une autre fille qui se connaît comme toi.. (Pour être honnête, ça m’a trop soûlée qu’il dise que c’est comme ça que je me laisse percevoir. J’ai même plus envie de lui parler là😑). 



Lui : Non, ce n’est pas ce que je voulais dire. Je suis vraiment désolé si tu l’as mal pris. Ce que je voulais te dire c’est que pour moi… (Je lui ai directement coupé la parole) 

Moi : Ecoute Daniel, j’ai trop de choses à faire là, je vais te laisser. Passe une bonne journée. (Et j’ai directement raccroché). 

Depuis ce jour-là, j’ai refusé ses appels et j’ai répondu très brièvement à ses messages. À un moment donné, il a arrêté de m’écrire ou de m’appeler, mais j’étais tellement persuadée qu’il allait recommencer à m’écrire que je ne me préoccupais plus vraiment de ça.  


2012  :

Ça fait des mois que je n’ai plus de nouvelles de Daniel. Je dois avouer qu’il me manque quand même. Mais bon, ce n’est pas une raison pour que moi je l’appelle pour m’excuser ça hors de question.  

Bon plus le temps passe et plus je me demande s’il va vraiment me rappeler. Si demain il ne m’appelle pas, je vais l’appeler pour savoir comment il va, mais pas question de reparler encore de ces bêtises de la dernière fois. Bon bref assez rêvassé, faut que je retourne au boulot.

Un jour après : J’ai passé une journée vraiment nulle ; ma patronne m’a menacé de me virer simplement parce que des clientes se sont plaintes que je n’étais pas accueillante. Bon je m’en fiche un peu, parce que je compte moi-même démissionner avant qu’elle ne me vire. Je vais retourner vivre chez ma mère et comme ça il n’y aura plus de soucis, pas question qu’elle me vire.  

Hé mince, ça fait maintenant 2 mois déjà que je ne travaille plus, ma mère ne veut pas me reprendre chez elle parce qu’elle dit que je ne fous rien de ma vie et Daniel ne m’a toujours pas rappelée. Il a peut-être changé de numéro, je vais juste l’appeler pour en être sûre.  
Mais s’il répond, je vais dire quoi  !?  
Bon je l’appelle et on verra bien..  

  bip bip bip….



Chapitre II

 

Lui : Oui allô bonjour, Daniel à l’appareil. 



Moi : (Il avait plus mon numéro ou il se fout de moi !?!?) Oui salut Daniel c’est Sylvie, tu avais supprimé mon numéro à ce que je vois, ce n’est pas grave, désolée de t’avoir dérangé bye… (J’attends quand même quelques secondes histoire qu’il me rassure que ce n’est pas le cas) 



Lui : Hey Sylvie, non non non ne raccroche pas, je suis au volant et j’ai les écouteurs du coup je n’ai pas vu le numéro qui m’appelait. Tu ne me déranges pas du tout au contraire, ça me fait plaisir que tu m’appelles. 



Moi : Haaaaan d’accord hahaha  ..  



Lui : Comment tu vas ? Ça fait un moment qu’on n’a plus parlé. 



Moi : Oui ça va super bien et toi ? (😑 ça ne va pas du tout ouais, mais je n’allais quand même pas lui dire ça).  



Lui : Oui ça va bien merci.  



Moi :….(En plus il va bien lui  ). Tu racontes quoi depuis le temps ? 



Lui : Alors rien de spécial, j’ai trop d’examens qui approchent du coup je passe mon temps à réviser. Et j’ai eu quelques stages qui se sont bien passés dans l’ensemble. Et toi tu racontes quoi de nouveau ?  



Moi : Moi, c’est toujours pareil, rien de bien nouveau mise à part que… (Un moment de silence)… J’ai un copain maintenant. (Pourquoi j’ai dit ça !?!?)  



Lui : Ha, mais c’est super, je suis content pour toi. Raconte-moi alors, il est comment, etc. ?



Moi : Il est super gentil, il est grand et il est très mature… ( he mince, je sais plus quoi dire)… Et toi tu as une copine maintenant je suppose ?  



Lui : Han d’accord, en tout cas tant que tu es heureuse c’est cool. Moi hahaha non je suis toujours célibataire Sylvie et cela jusqu’à ce que je sois prêt pour pouvoir prendre soin d’une femme.



Moi : Haaaa d’accord hahaha (  he mince, je me suis encore trompée).  
Bon faut que je te laisse Daniel, je suis contente d’avoir pu entendre ta voix depuis le temps, je te rappelle bientôt bye.  



Lui : Moi aussi, d’accord à bientôt bye.  


Suite à cet appel, on s’est écrit plusieurs fois et je lui ai dit que je n’avais pas de copain en fait et que je ne savais pas pourquoi j’avais raconté cela. Il ne l’a pas mal pris et de toute façon ce n’est pas comme s’il était du genre jaloux.

Je me dis que Daniel a quand même beaucoup de chance de faire des études et surtout d’être doué dans beaucoup de choses. J’ai tellement envie d’être comme lui, aussi motivée dans la vie et positive, toujours de bonne humeur, même quand il y a des choses qui ne vont pas, il trouve toujours un moyen de rester en paix, cela m’impressionne.

 

Bon maintenant le temps passe et je réalise que je ne sais vraiment plus quoi faire. Je n’ai plus de travail, je ne sais pas si je vais réussir à trouver un autre travail, je n’ai plus de motivation en quoi que ce soit et mes amies ne me motivent pas non plus pour avancer dans ma vie. Je n’ai fait aucune formation, je n’ai même pas un diplôme. Quand on me demande mes compétences ou mes qualités, j’ai l’impression que je n’en ai pas. J’ai passé mon temps à vendre des trucs dans une boulangerie et rien d’autre. Et comme vendeuse je n’étais même pas douée en plus de cela. Donc, comment savoir en quoi je suis douée ? Que ce que je vais faire !?!?  

J’ai décidé de quand même rappeler Daniel pour lui demander des conseils, je n’avais vraiment pas envie de rester dans cette situation. Il fallait que je trouve une solution.  

Au moment où j’allais l’appeler, je reçois un message de lui. C’était le genre de message que quand vous voyez la longueur vous commencez déjà à vous inquiétez  …  
Son message parlait de moi, mais d’une manière dont on ne m’avait jamais parlé. Ce message parlait de ma vie, la vie que j’ai vécue, mais que j’ai tant voulu cacher. La vie que même mes proches ne pouvaient imaginer que je menais. Il a dit des choses qui m’ont bouleversée. J’étais en larmes du début jusqu’à la fin. Je ne comprenais pas pourquoi je pleurais alors que son message était censé me donner le sourire à la fin. Mais j’ai plutôt perdu tout courage de l’appeler, car j’avais compris qu’il avait découvert toutes mes blessures intérieures. Il avait fait ce que personne d’autre n’avait fait auparavant ; il avait vu ce que mon cœur renfermait. Il m’a même donné des versets de la Bible alors que je n’avais pas de Bible, mais ce que j’ai lu m’a carrément poussée à télécharger une application de la Bible pour la lire. Je ne savais pas vraiment s’il fallait que je l’appelle ou non… 



Le message disait : Bonsoir Sylvie, j’espère que tu as passée une excellente journée. J’ai longuement hésité à t’écrire. Je suis passé dernièrement à la boulangerie et on m’a dit que tu n’y travaillais plus, une cliente m’a expliqué le pourquoi.Mais je t’écris pour te dire une chose importante, c’est une chose que j’ai réalisé depuis quelque temps dont je devais te faire part en espérant que cela pourra t’aider dans ta vie.Depuis le premier jour où je t’ai vue, jusqu’aux jours qui s’en sont suivi, tu paraissais au lieu d’être. Tout était plus simple parce que la personne que je voyais était une personne qui avait juste envie qu’on la remarque et qu’on lui dise autre chose que ce qu’elle avait entendu.  

Quand je te voyais, je voyais une fille qui riait simplement pour cacher ses blessures profondes. Par moments, tes yeux se remplissaient de larmes de tristesse alors que tu racontais une histoire qui semblait être joyeuse. Tu ne te rendais même plus compte des émotions que tu laissais voir alors que tes mots disaient le contraire. Tu as sûrement dû avoir des hommes dans ta vie qui t’ont blessée ou qui n’ont pas su voir ce que tu avais au fond de toi. Personne ne te valorisait, parfois tu te faisais tellement belle simplement pour qu’on dise toujours que tu es une jolie femme et non que tu es stupide ou que tu n’a pas d’avenir dans ce que tu fais. Tu soignes tellement ton image pour que celle-ci recouvre ta personnalité, pour empêcher les gens d’entrer plus en profondeur et de découvrir qui tu es réellement. Tu es partie vivre seule très jeune donc je pense que ta famille ne t’a pas aidée, tu as toujours voulu avancer de toi-même parce que les gens t’ont critiquée. Un jour tu m’avais dit que tu avais connu beaucoup d’hommes dans ta vie, mais que tu avais aussi beaucoup souffert. Je ne sais pas, mais quand tu m’avais dit cela, tu avais pris un air comme si tu étais dégoutée de toi. Tu as peut-être été abusée par un homme et tu n’as jamais osé en parler à quelqu’un par peur qu’on te juge. Le fait de marcher avec ce secret t’a peut-être fait perdre confiance en toi et tu te demandes sûrement si tu es une fille qui mérite le meilleur ou même qui a de la valeur. Je ne sais pas ce qui en est sur ce que tu caches derrière quelque chose.

Mais tu peux tout faire. Ce n’est pas parce que les gens t’ont déçue que la vie s’arrête là. Tu dois savoir que tu es jeune et si tu décides aujourd’hui d’avoir une nouvelle vie, cela dépendra uniquement de ce que tu vas penser. Comment tu te vois aujourd’hui est peut-être dû à ton passé, à des échecs professionnels ou autres, mais cela ne définit en rien qui tu es réellement. Tu as longtemps porté ce bagage seule, j’ai moi aussi porté un bagage longtemps seul jusqu’au jour où une personne m’a tendu la main, m’a soigné de mes blessures et m’a donné sa place. Dans la Bible tu trouveras dans Luc 10  : 25-37.

Je passerai te voir prochainement si tu le souhaites, pour qu’on puisse parler un peu. Et j’aurai une surprise aussi à t’offrir. Passe une bonne soirée bye.

Je n’avais plus de mots. Je lui ai simplement répondu  : merci Daniel, bonne soirée à toi aussi à bientôt bye.

2013  :

Depuis le message de Daniel, je me dis qu’il faut vraiment que je change ma façon de voir la vie et que je me trouve une bonne source de motivation. Je ne sais pas encore comment je vais m’y prendre, mais je dois y arriver (enfin, j’espère y arriver   ).

Ce soir je vois Daniel, il m’a invitée au restaurant. Depuis le temps que je ne l’ai pas vu  . J’ai tellement de questions à lui poser et surtout, j’ai hâte de voir quelle est la surprise qu’il veut me faire. Bon il faut que je trouve une jolie robe à mettre. Et que je me fasse belle quand même, je ne veux pas qu’il croie que je me suis laissé aller depuis que je n’ai plus de travail.

Nous voilà au restaurant. On passe une superbe soirée. Ça fait super longtemps que je n’ai pas autant rigolé. Je lui ai demandé de me parler un peu plus de lui, et surtout de m’aider à reprendre confiance en moi parce que vraiment, j’ai besoin de savoir comment je peux augmenter mon assurance. Et c’est là qu’il me dit qu’il va me parler de lui et que ce qu’il va me dire est aussi un témoignage. J’étais super impatiente de l’entendre, mais il m’a dit d’attendre, il est allé dans sa voiture. Il est revenu 5 min après avec un cadeau bien emballé…

Chapitre III

Il m’a dit de le prendre, mais de ne pas l’ouvrir avant qu’il ait fini son histoire, j’ai dit d’accord.

Donc son histoire disait  : ma vie n’a pas toujours été facile. Quand j’étais jeune, j’étais un enfant très agité et très désobéissant. J’étais toujours animé par une grande colère.

Je suis le plus jeune de la famille, j’ai un grand frère et une grande sœur. Mais je suis celui qui a le plus souffert de la séparation de mes parents. Mon père a quitté ma mère quand j’avais l’âge de 5 ans. Ce qui m’étonnait c’est que je n’arrivais même pas à me souvenir de mes occupations pendant mon enfance, mais j’arrivais juste à me souvenir, des cris et des pleurs de ma mère à la maison lorsque mon père la frappait. Ma mère n’a jamais voulu le quitter pour autant, car elle disait toujours « le mariage c’est pour la vie  ». Mais comment on peut accepter une telle chose pour la vie si cela la détruit  ? Cela a continué jusqu’au jour où mon grand frère a appelé la police suite à des coups donnés par mon père. On l’a mis en garde à vue et après il a été jugé et mis en prison pour quelques années. C’est là que ma mère a dû accepter de signer les papiers du divorce.

 

 

Plus je grandissais et plus je devenais rebelle. Je rentrais tard à la maison, je fréquentais des personnes qui m’ont entraîné dans la drogue, la violence, le viol etc.. Malgré ces fréquentations, je n’aimais personne, tout ce qui m’intéressait c’était de vendre de la drogue. Je ne voulais jamais travailler et même quand je voyais des gens étudier, faire de grandes études, tout cela m’énervait. J’ai même été viré de l’école et je me suis très vite retrouvé seul, j’ai quitté la maison de ma mère. J’étais souvent énervé contre elle parce qu’elle priait beaucoup à la maison, mais elle n’allait jamais à l’église, parce qu’elle disait que ce n’était pas nécessaire de se déplacer les dimanches pour prier Dieu. Et quand je suis partie de la maison, elle était vraiment triste, mais cela ne me touchait même pas parce que pour moi, si tout cela arrivait c’était de ça faute : fallait pas qu’elle se marie avec un homme comme ça. Mais j’oubliais que cet homme en question était mon père quand même. Pour moi je n’avais pas de père.

 

Le jour où tout à basculé  :

J’ai vécu pendant 3 ans seul, je louais un appartement dans un immeuble qui appartenait au père d’une jeune fille avec qui je sortais. C’était dans une ville pas très loin de chez ma mère, mais je n’allais jamais lui rendre visite. Quelques coups de fil de temps en temps, mais rien de plus, je vivais très bien comme ça avec mes affaires. Et un jour tout à basculé, la police est entrée à 6h du matin dans mon appartement, ils ont cassé la porte et m’ont attrapé, m’ont plaqué contre le sol et ont fouillé tout l’appartement. Ils ont tout cassé et ont récupéré toute la drogue que j’avais cachée.

J’ai dû passer au tribunal et ils m’ont condamné à 5 ans d’emprisonnement. Ce jour-là au tribunal, j’ai vu le regard de ma mère et pour la première fois, j’ai vu dans ses yeux toute cette peine que je lui avais fait endurer. Elle était extrêmement triste et elle a supplié le juge de me laisser libre. Ils ont dû la faire sortir de la salle, car elle perturbait beaucoup l’audience. Avant qu’elle sorte, elle m’a dit  : «  Daniel, sois fort et je viendrai te voir en prison tous les jours, je te le promets, je te ferai tes petits plats préférés et je t’amènerai ça. Si tu as froid pense à dormir avec un pull et des chaussettes, n’oublie pas de prier dans ta cellule, moi aussi je prierai pour toi, je t’aime Daniel. »

 

Après presque 1 an passé en prison, c’est vrai que ma mère est passée tous les jours me voir, elle n’a pas manqué un jour. Mais à chaque fois qu’elle venait, je ne lui parlais pas, c’est toujours elle qui me parlait, elle me racontait sa journée et elle me posait des fois des questions, mais sans réponse. Et plus les jours passaient, plus je refusais de la voir, car cela lui faisait du mal et à moi aussi. J’avais demandé au garde de ne plus la laisser entrer, je n’avais plus envie de la voir. Je restais toujours seul dans mon coin à culpabiliser, je ne mangeais plus beaucoup, je ne trouvais plus le sommeil la nuit, je me disais que même si je sortais de cette prison, je n’arriverais rien à faire de ma vie. Ça serait impossible pour moi de trouver un patron qui voudrait m’engager. Même faire des études ça ne serait pas possible sachant que j’avais toujours négligé l’école. J’étais un moins que rien, valait mieux rester toute ma vie dans cette prison comme ça personne ne pourrait me juger que d’en sortir et que la société et les gens me jugent.

Et quelques mois après, j’ai décidé de mettre fin à ma vie. Un jour, j’ai ramassé un bout de métal, je l’ai frotté contre le sol plusieurs fois pour qu’il devienne tranchant et que je puisse me couper les veines.

 

Le soir arrivé, j’ai tout bien préparé et j’attendais juste la fermeture des cellules pour pouvoir me suicider. Mais 10 minutes avant la fermeture, un autre détenu est venu dans ma cellule avec un cadeau dans les mains, il m’a dit que c’était pour moi. Je lui ai dit que je n’en voulais pas et qu’il dégage, mais il m’a dit que cela ne venait pas de lui. Que même si je n’en voulais pas, il allait quand même le déposer là. Il l’a déposé et il est parti.

Après quelques minutes, les portes se sont fermé et j’avais cette boîte posée au milieu de ma cellule. Je me suis levé et je l’ai prise, j’ai ouvert et il y avait un livre dedans, ce livre était lui aussi recouvert d’un papier pour m’empêcher d’en voir le titre. J’ai essayé de voir s’il n’y avait pas autre chose dans la boîte, mais il y avait rien d’autre. Alors je me suis assis au bord de mon lit et j’ai ouvert ce livre, à l’intérieur, sur la page de couverture il était écrit quelque chose. J’ai reconnu cette écriture, c’était celle de ma mère. C’est vrai qu’elle ne savait pas vraiment écrire, surtout qu’elle n’aimait pas écrire, mais là, elle s’était donné cette peine. C’était écrit  : Daniel mon Chéri, c’est ton anniversaire aujourd’hui, tu me manques beaucoup tu sais. Je ne savais pas quoi t’offrir pour ce merveilleux jour alors c’est pour cela que je t’offre ce livre. C’est mon livre préféré, il t’aidera dans chaque situation de ta vie, il va te permettre de comprendre certaines choses que je n’arrivais pas à te dire. Il va te faire connaître une personne que tu dois connaître, il va te faire découvrir l’amour d’un père pour son fils.Toutes les choses que je n’ai pas pu t’apporter, cette personne que tu vas rencontrer te l’apportera à travers ce livre. Je compte les jours jusqu’à ta sortie et ce jour-là on ira tous les deux là où tu voudras et on mangera ce que tu voudras. Que Dieu te protège mon fils chéri, je t’aime. Signé : Ta maman.

 

Je n’avais plus versé de larmes depuis plus de 10 ans et là en lisant ça, mes yeux se sont remplis de larmes. Je venais de réaliser que j’allais mettre fin à ma vie le jour de mon anniversaire et que ma mère avait su trouver les mots pour m’empêcher de faire cette erreur. Et j’ai ouvert ce livre, c’était une Bible. Chaque jour, je la lisais, partout dans la prison je me promenais avec cette Bible, je n’avais rien de plus, mais j’ai eu de l’intimité avec Dieu. Rien n’a plus de valeur que l’intimité avec Dieu et cela on ne peut pas me le prendre. Si je dois tout perdre alors je perdrai tout, mais pas cette intimité avec Dieu. Et cela m’a réellement permis de rencontrer une personne, cette personne m’a appris qui j’étais, m’a donné la joie, la paix, l’amour. Il m’a fait sortir de prison, il m’a redonné une place dans la société, il m’a donné un nouveau nom, et il me permet aujourd’hui d’avancer et d’aller vers mon but. Voilà mon histoire.

Après avoir fini son histoire, il m’a dit d’ouvrir le cadeau, j’ai ouvert et dedans il y avait…

 

il y avait plein de petites perles blanches qui remplissaient toute la boîte, et entre elles, il y avait parfois quelque petites perles noires, mais très peu vraiment. Je lui demande : c’est quoi  ? Il me répond : ces petites perles blanches signifient toutes les possibilités de réussite qui vont s’ouvrir à toi et les perles noires signifient toutes les possibilités d’échecs qui vont t’arriver. Tu peux choisir soit de te focaliser sur les blanches ou les noires. Si tu plonges tes mains dans la boîte, tu verras qu’au fond, il y a quelque chose d’autre. C’est ça qui va te permettre de te focaliser uniquement sur les perles blanches même s’il y a quelques perles noires dans la boîte, tu ne laisseras pas tes yeux fixés sur elles.

Et j’ai plongé mes mains dans la boîte, il y avait une Bible. Je n’avais jamais tenu une bible dans mes mains, mais j’en avais déjà vu. Mais celle-là était super belle. J’avais l’impression d’avoir un livre en or dans les mains. J’ai beaucoup pleuré et je l’ai remercié. La soirée a passé tellement vite, il m’a ramené chez moi ensuite il est rentré. Je venais de passer la meilleure soirée depuis…. Je ne sais même pas depuis quand.

Maintenant, il faut que je me mette au boulot, je vais devoir trouver un travail très vite !!!

Chapitre IV

2014  :

Après beaucoup de recherches d’emploi envoyées et des stages effectués, j’ai enfin fini par obtenir un contrat de stage qui pourrait déboucher sur un poste fixe en tant que conseillère en image. Daniel m’a beaucoup aidée pour les recherches et surtout, pour préparer mes entretiens.

De son coté, Daniel a réussi ses examens. Il a terminé ses études et actuellement il est parti à l’étranger pour se former en langues en attendant de mettre au point sa société. Je suis sûre qu’il va réussir ce projet.

Aujourd’hui, il s’est passé quelque chose de surprenant. J’ai eu un coup de file de mon patron qui m’a annoncé que le poste était pour moi et que je pouvais passer dans la semaine signer le contrat. Mais en allant chercher les courriers, j’ai reçu plein de réponses de toutes les entreprises auxquelles j’avais envoyé des demandes, elles m’ont tous répondu qu’elles voulaient bien travailler avec moi. Pourtant mon dossier n’était pas super complet, je n’ai même pas fait de formation et pourtant on me veut.

J’ai remercié le Seigneur de m’avoir ouvert les portes, mais finalement j’ai quand même choisi de rester là où j’ai effectué mon stage.

Ça fait maintenant quelques mois que je fréquente l’église où Daniel va, et j’ai même invité mes parents. Je suis en train d’apprendre beaucoup de choses sur Dieu. Et surtout, j’en apprends beaucoup sur mon caractère et ma personnalité. Je change beaucoup depuis que j’ai commencé à suivre le chemin de Dieu, d’ailleurs bientôt je commencerai les cours de préparation pour mon baptême, j’ai tellement hâte.

Je commence à réaliser que ma vie commence réellement à prendre un bon sens. Je n’ai pas encore totalement changé, mais je ressens que je suis sur la bonne voie. J’ai rencontré de nouvelles personnes qui sont aussi chrétiennes.

Je sais que la vie ne sera pas toujours rose, je sais que les choses ne seront pas toujours faciles, mais j’ai compris une chose, c’est que je ne serai jamais seule dans ces moments difficiles.

Fin 2014  :

Daniel est revenu de son voyage, il passait souvent à la maison pour voir mes parents. Ma mère l’apprécie beaucoup, même que des fois elle lui disait : « si tu veux épouser ma fille, ne te gêne pas de demander ».

On s’est beaucoup vu depuis qu’il est revenu et ce soir en rentrant du restaurant, c’est là que notre histoire a pris une autre tournure. La conversation entre lui et moi  :

Lui  : Sylvie, ça fait 4 ans que je te connais et je suis vraiment fier de toi, du changement que tu a vécu.

Moi  : Changement dans quel sens  ?

Lui  : Tu es vraiment une femme qui dégage beaucoup d’assurance en elle, tu es une femme respectueuse, une femme qui sait prendre soin d’elle, une femme qui ne se vante pas, une femme avec des valeurs uniques et surtout une femme qui a la crainte de Dieu. Ça me plaît beaucoup.

Moi  : Ça me touche tout ce que tu me dis là. Je remarque aussi que j’ai pris plus confiance en moi. Et merci encore.

Lui  : C’est normal.

Moi  : J’ai longtemps attendu des compliments de ta part, mais je réalise que, si tu m’en avais fait avant, cela n’aurait pas provoqué les mêmes émotions que maintenant. Parce que j’ai appris à me connaître et que j’ai appris à te connaître en même temps. Je réalise que tu es le seul homme qui m’a traité différemment de tous ceux que j’ai rencontrés. Tu n’as jamais eu de geste déplacé envers moi, tu ne m’as jamais mal parlé ou insultée, tu as toujours été patient et tu as su laisser de l’espace entre nous.

Lui  : Je t’avais dis que je n’étais pas du genre à me lancer dans une relation sans savoir déjà ou je voulais aller avec la personne. Mais aujourd’hui, je sais que j’ai envie de construire une relation solide avec toi, si tu partages la même chose.

Moi  : Heuuu, mais tu veux dire que… quoi  ?!? heuuuu.. Je… ( en vérité je n’avais plus de mots dans la bouche, j’étais tellement remplie d’émotion)

Je n’avais même pas fini de construire une phrase qui pourrait avoir un sens dans ma bouche, que soudainement je réalise qu’on s’est arrêté, il me regarde et il me dit..

Lui  : Ne dis rien de plus, la soirée commence juste maintenant.

Il est descendu de la voiture, il est venu m’ouvrir la porte et je suis descendue. Autour de la voiture tout était sombre, il m’a pris la main et m’a dit de fermer les yeux. J’ai fermé les yeux, et c’est là que j’ai senti comme si l’endroit était devenu d’un coup éclairé, c’était comme si le soleil était descendu sur ce lieu. Il m’a dit de rouvrir les yeux, j’ai ouvert et, j’ai été complètement éblouie par ce que je voyais, je n’avais jamais vu une chose aussi magnifique. Comment a-t-il fait pour réaliser une chose pareille… et c’est là qu’il m’a… »

Fin de mon histoire. Pas besoin de vous raconter ce que j’ai vu en ouvrant les yeux, mais cela a été sa manière à lui de me demander de l’épouser et je dois avouer que j’ai beaucoup pleuré, car je me disais que je ne méritais pas une telle chose. Mais c’est vrai qu’avec Dieu on peut s’attendre à tout. Il est si merveilleux.

Donc le secret qui m’a permis de rencontrer cet homme merveilleux, c’est le fait d’avoir rencontré Christ. Cela a changé la perception que j’avais de moi, la façon dont je voyais la vie. Dieu avait mis Daniel sur mon chemin pour que je puisse le rencontrer, au départ ce n’était pas dit qu’on pourrait finir ensemble sachant l’incompatibilité qu’il y avait entre nous. Mais j’ai accepté Christ et j’ai décidé d’avoir plus confiance en moi, j’ai pris de l’assurance. Je n’ai plus regardé à mes compétences visuelles, je n’ai pas cherché à avoir de l’expérience dans beaucoup de domaines, je n’ai pas cherché le mariage, je n’ai pas cherché un travail, mais j’ai d’abord cherché Christ et il s’est révélé à moi. Tant que je ne me connaissais pas, je n’aurais jamais su reconnaître l’homme qu’il me fallait. Avec Dieu, on est pas déçu.

Que Dieu vous bénisse. Sylvie  !

Merci à tous pour vos messages de soutien et votre fidélité 😉

Une chronique « il était une fois » sera bientôt en ligne le dimanche 26 avril. Rendez-vous dans une semaine pour une nouvelle aventure qui s’annonce palpitante et n’oubliez pas de vous abonner. Votre équipe Gospel is ❤

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :