Tu peux vivre mieux, avec Dieu !

Chapitre I

Salut à toi qui lis cette histoire. Je m’appelle Victor et voici mon histoire, mais également mon témoignage.

Aujourd’hui, j’ai envie de pousser une personne à réussir. En lisant cette histoire, par moment, tu auras peut-être l’impression d’être interrogé personnellement, mais c’est ma façon à moi d’aider. C’est en se posant les bonnes questions qu’on arrive à se sortir de certaines situations de blocage. Cette histoire est un peu particulière. Elle paraitra trop courte pour certains, mais je le souhaite, assez profonde pour réussir à changer ta destinée.

Je vais vous parler de ma vie. Je pense et espère qu’elle touchera une personne et que celle-ci comprendra que tout est possible avec Dieu.

Il est difficile de se rendre compte quand on est jeune, que notre futur se construit en fonction des rêves et des ambitions que nous avons dès notre jeune âge. Dieu a mis en nous des projets de paix. Plus on grandit, plus les choix ainsi que les opportunités qui s’offrent à nous diminuent. La raison est qu’on prend des chemins et des décisions qui ne sont pas en accord avec la volonté de Dieu. Cette volonté qui nous ouvre ou nous ferme des portes.

Quand on est enfant, on prend souvent des décisions en fonction de nos parents ; comme le choix de l’orientation professionnelle par exemple. Bien souvent, ce choix se fait selon l’expérience de nos parents ; selon ce qu’ils ont vécu ou auraient voulu vivre et qu’ils reportent sur leur descendance. T’es-tu déjà posé la question de savoir si l’orientation que tu as prise est celle que Dieu voulait pour toi ? Ou plutôt celle que tes parents voulaient pour toi ? Ou encore, c’est qu’à un moment de ta vie tu t’es simplement dit : « pourquoi ne pas essayer ? Ça peut être bien ! »

En définitive, est-ce que tes choix étaient des décisions rationnelles ? Jusqu’à présent, tu as pris beaucoup de décisions, mais peux-tu les défendre ou même les argumenter ? Sais-tu où tu vas ? Sais-tu ce qui anime ton envie de prendre une décision plutôt qu’une autre, de favoriser l’accomplissement d’un projet à un autre, ou encore d’entreprendre telle ou telle relation ? Sais-tu qui décide en toi ? Sais-tu quand c’est Dieu ou quand il s’agit simplement de tes désirs ? Sais-tu entendre la voix de Dieu quand il s’agit de projets ? Sais-tu ce qui est bon ou mauvais, ou te contentes-tu d’essayer et de voir si ça marchera ou pas ? Combien de projets as-tu pensé entreprendre qu’au final tu as abandonné ? Les enfants ont souvent la tête remplie de rêves, mais plus ils grandissent et plus les rêves d’enfance se font écraser par le poids de la réalité et des circonstances du monde.

Je ne connais le futur de personne. Je sais simplement que personne n’a envie d’échouer dans la vie. Personne n’a envie de se planter. Mais si tu ne veux pas échouer, ni te planter, tu as besoin des lois de Dieu et d’entendre le son de sa voix. Il veut être ton partenaire dans les affaires, au travail et dans les études. Il dit dans sa parole :

«Je te donnerai des instructions, je te montrerai la voie que tu dois suivre. Je te conseillerai et j’aurai le regard posé sur toi. Je veillerai moi même et j’étendrai ma main sur toi. Nul ne te fera du mal, nul ne t’éliminera et personne n’éliminera tes enfants. Mais quand tu n’es pas au cœur de ma volonté, ce n’est plus ma fidélité qui parle, c’est ma miséricorde, mais ma miséricorde n’est pas obligatoire, je fais grâce à qui je veux. Si tu n’es pas sur les rails de ma volonté, tu peux être protégé, tu peux avoir la sécurité, mais ce n’est pas un engagement parce que tu n’as pas ma parole. Je veille sur ma parole pour l’accomplir, donc si tu n’es pas à l’écoute de ma parole, je n’ai aucune obligation. J’ai établi une alliance avec ma parole. Tu as besoin de ma volonté. Je ne me suis pas engagé sur tes ambitions, je ne me suis pas engagé sur les désirs de ta chair, je ne me suis pas engagé sur les choix que tu fais par toi même. Mais je me suis engagé sur ma parole, sur ma volonté et sur mes désirs, j’ai assuré ma parole alors quand tu es dans l’obéissance de ma parole. C’est alors que je veille sur cette parole et cela s’accomplit. C’est là que tu peux jouir et bénéficier de ma volonté… »

Moi je sais que je peux planifier mon futur dans mon présent, car tout ce que j’entreprends aujourd’hui va porter du fruit demain. Mais planifier sans Dieu c’est comme essayer de faire une pyramide de carte dans un endroit où le vent souffle fort et croire que ça peut tenir. Dans ma vie, j’ai longtemps pensé que, si je devais réussir, c’était par mes propres forces. Je croyais que j’avais de moi-même la capacité de faire certaines choses. J’étais très fier de tout ce que j’avais pu accomplir, mais aujourd’hui j’en ai tiré une leçon. Personne ne peut nous corriger mieux que Dieu. Car personne ne connait un produit mieux que celui qui l’a fabriqué.

Maintenant, je vais t’emmener à plonger dans ma vie passée, plus précisément la période de mes 24 à mes 28 ans. Ce sont pour moi les 4 années qui résument le mieux mes 30 ans d’existence. Comme pour tout le monde, il y’a toujours des moments qui nous marquent et changent totalement, voire à jamais, le cours de notre vie. Ces moments, moi je les ai appelés : les transitions dans la destinée.

Jusque-là, tu ne sais pas vraiment qui je suis. Les présentations se font parfois à la fin, afin que tu découvres l’histoire avant de savoir que finalement je suis peut-être une personne que tu connaissais mais dont tu ignorais la vraie histoire…

Chapitre II

Je suis né dans une famille pauvre, dans le village le plus pauvre du pays. J’ai grandi dans ce village avec ma mère et ma sœur. Je n’ai pas su pas parler jusqu’à l’âge de 6 ans. Mais j’étais super douée dans le dessin et les chiffres. Ma mère a décidé de m’envoyer vivre chez mon oncle, qui vivait en France. Mon oncle priait beaucoup pour moi et chaque dimanche il m’emmenait à l’église. Il voulait que je prenne l’habitude très jeune à aller à l’église. Mais peu de temps après, il a vu que ma situation devenait très positive et qu’il avait juste assez de moyens pour pouvoir m’inscrire dans une institution qui aide les personnes qui ont des handicaps. Dans cet endroit, en 6 mois j’ai réussi à dire plus de mots qu’en 6 ans. Les améliorations se sont suivies très vite et j’ai fait 1 an là-bas, ensuite j’ai pu commencer une scolarité normale avec d’autres enfants.

En arrivant dans cette école, j’avais beaucoup de retard dans le programme scolaire. Mais, très vite, j’ai tout rattrapé et j’étais même parmi les meilleurs de la classe.

Quelque temps après, le directeur a convoqué mon oncle pour lui dire que j’avais des résultats vraiment étonnants et qu’il faudrait me faire sauter une année. Les années ont passé et j’ai pu terminer mon école obligatoire très jeune. J’ai fait 1 stage dans une entreprise et ai pu commencer une formation en voie accélérée directement après. Mon oncle a vu à quel point j’aimais les études, il m’a demandé un jour :

Lui : Aujourd’hui, tu as 18 ans. Tu as de superbes notes à l’école, tu travailles très bien c’est super tout ça, mais as-tu des projets pour ton avenir ? Est-ce que tu sais ce que tu veux faire dans ta vie ? Dans quoi veux-tu travailler ?

Moi : Je ne sais pas encore, mais je veux gagner beaucoup d’argent et aider ma mère.

Lui : Tu sais, la vie avance tellement vite. Aujourd’hui tu as la grâce de pouvoir faire des études dans un endroit sécurisé et surtout dans de bonnes conditions. Mais peu importe où tu voudras t’orienter, pense à demander à Dieu ce qui est bon pour toi. Tu dois prendre le temps de demander à Dieu de te guider. Dans ce pays, beaucoup de jeunes se lancent dans des activités et font un travail dont ils n’ont même pas envie, alors très vite ils se retrouvent sans emploi et sans avenir stable. Pour toi Dieu veut le meilleur et il t’a fait grâce d’être ici pour apprendre, mais grandis aussi dans ta relation avec lui.

Je ne comprenais pas vraiment tout ce qu’il me disait, mais je lui ai dit d’accord.

J’ai commencé à aller à l’église avec mon oncle tout en finissant mes études. Je comprenais beaucoup de choses à l’église, j’avais l’impression que je ne vivais pas la vie que les autres vivaient avec Dieu. Je me sentais plutôt distant de Dieu bien que présent tous les dimanches à l’Église. Je voyais des gens sauter de joie pendant les moments de louanges. D’autres qui pleuraient pendant des moments de prière et d’adoration. Je me posais souvent la question sur ce que les autres ressentaient, pourquoi moi je ne le ressentais pas !? Mais j’ai fini par m’habituer de cette atmosphère.

À l’âge de 23 ans, je travaillais dans une grosse entreprise très réputée, je venais de me prendre un appartement dans une ville pas loin de celle de mon oncle, ma vie allait vraiment très bien. En voyant que j’avais réussi à mettre assez d’argent de côté, j’ai voulu entrer dans le monde des affaires. J’ai commencé à fréquenter des personnes haut placées dans les affaires. Ma réputation a commencé à grimper très vite.

J’étais devenu une personne importante dans la société. Beaucoup de gens parlaient de moi et ma liste de contact est passée de 30 à 500. Quand tu deviens important, c’est clair que ton temps devient précieux et tu ne peux plus te permettre de rester avec les mêmes personnes qu’avant.  Je voyageais régulièrement pour des affaires, et quelquefois j’allais dans mon pays d’origine (R.D.Congo) pour rendre visite à ma mère et à ma sœur. Ma mère n’aimait pas vraiment les affaires que je faisais, elle me disait que cela me conduisait gentiment sur le chemin du mal. Plusieurs fois, cela a été un sujet de dispute, car je lui donnais beaucoup d’argent, mais elle était toujours méfiante et inquiète pour moi. Je disais que je continuerais à travailler et à faire mes affaires pour pouvoir l’aider et pouvoir construire ma propre entreprise un jour.

Chapitre III

J’ai rencontré une personne qui connaissait le monde des affaires. Une femme, elle s’appelait Estelle. Une très belle femme séduisante avec un côté un peu tentatrice, mais elle restait très professionnelle dans le travail. Elle s’était présentée comme étant une conseillère en personnel. Elle était là pour m’aider à réaliser mes projets. Mais dans toutes les conditions qu’elle m’a données pour réussir, il y a une condition que j’ai eu du mal à accepter. Elle m’avait demandé de faire un nouveau planning, mais aussi de travailler le dimanche. Plus de possibilités d’aller à l’église, car cela me prendrait trop de temps et le temps, c’est de l’argent. Je devais avancer et je devais réaliser mes projets vite alors j’ai obéi. J’avais oublié le chemin de Dieu, je n’allais plus à l’église. Quand les frères et sœurs de l’église m’appelaient, j’évitais les appels ou alors je trouvais toujours des excuses. Je me disais que Dieu me comprendrait, vu que le travail demande du temps, Dieu ne peut pas m’en vouloir de travailler tant que je ne fais rien de mal.

Au bout de quelques mois, Estelle avait réussi à me trouver des investisseurs pour le lancement de mon entreprise. J’avais fini par quitter mon travail et je m’étais mis à 100 % dans mon projet d’entreprise. À 26 ans, j’avais commencé à toucher mes premiers millions. Je m’étais acheté une maison dans le sud de la France, je ne fréquentais plus les mêmes personnes. J’avais l’impression qu’il me fallait encore plus d’argent et Estelle m’emmenait dans des endroits où je pouvais encore gagner plus d’argent, elle s’occupait de tout dans mon entreprise. Plus je passais du temps avec elle et plus je succombais à son charme. On a fini par se marier. Elle avait fini par me convaincre de mettre mon entreprise à son nom, car elle me disait que pour les prochains investisseurs qu’elle allait me trouver, elle aurait plus d’influence sur eux. Je ne comprenais pas vraiment ses explications, mais je disais toujours oui à tout ce qu’elle me demandait. Je voyageais partout avec elle, on était toujours ensemble, partout où j’allais, elle était là. Ma mère ne l’aimait pas, mais cela ne me posait pas de problème, car j’étais tellement riche que j’avais l’impression que tout pouvait s’acheter, même les émotions des gens.

Une année après mon mariage avec Estelle, les choses ont commencé à se compliquer. J’ai fait une attaque cérébrale, j’ai eu de la chance, car je n’étais pas loin de mourir. Quelques mois après j’ai commencé à me remettre de cela. Tout à coup, j’ai eu une infection dans les poumons puis j’ai commencé à souffrir des troubles de la vue. Les médecins m’avaient dit que cela était dû à une intoxication. J’ai passé beaucoup de temps à l’hôpital alors Estelle gérait tout dans les affaires.

Mais un jour, j’étais dans mon lit d’hôpital, je dormais et j’ai fait un rêve. Dans ce rêve, j’ai vu une maison qui était brillante de l’extérieur. Quand je me suis rapproché de cette maison, la porte s’est ouverte et là, j’ai vu une femme assise dans un fauteuil. Elle avait des longs cheveux qui cachaient son visage. Elle tenait dans une main un petit serpent à deux têtes et dans l’autre main une petite mallette d’où sortaient plein de petites bêtes qui se répandaient dans toute la maison et dévoraient toute chose qui s’y trouvait. Tous les murs de la maison étaient remplis de bêtes. 

J’ai eu peur, je suis sorti de la maison et j’ai fermé la porte. De l’extérieur, la maison était encore intacte jusqu’à ce que je sorte et c’est là que les bêtes ont commencé à sortir des fenêtres et à dévorer le reste de la maison. Soudain, je me suis réveillé. Je tremblais de peur et ma tête a commencé à me faire super mal. J’ai appelé l’infirmière et je lui ai demandé de me donner quelque chose contre les douleurs. J’ai ensuite raconté mon rêve à l’infirmière, je me disais qu’elle n’allait pas me comprendre, mais, chose étonnante, elle m’a dit:

Elle : Victor si tu crois en Dieu, alors il faudra que tu pries.

Moi : oui, je crois en Dieu, mais ça fait longtemps que je n’ai pas prié et que je ne suis pas allé à l’église. J’ai abandonné Dieu depuis des années maintenant, alors je ne pense pas qu’il voudra m’écouter aujourd’hui.

Elle : Dieu n’est pas un homme, il ne réfléchit pas comme un homme. Il te suffit de reconnaître tes fautes et de lui demander pardon avec un cœur sincère et il va te pardonner. Il est amour.

Moi : mais comment Dieu peut-il pardonner une personne comme moi ? C’est sûrement lui qui a voulu que tous ces malheurs m’arrivent parce que je me suis éloigné de lui. Je n’ai même pas la santé ou la force pour me lever et aller à l’église pour prier.

Elle : Dieu t’écoute, peu importe où tu te trouves, il est partout. Même dans ce lit d’hôpital, si tu le désires, tu peux prier à Dieu et il va t’écouter.

Moi : d’accord, alors je vais prier Dieu, mais demain, car aujourd’hui, je n’ai pas de mot de pardon, et j’ai tellement de choses à lui dire.

Elle : c’est comme tu le sens. Je prierai aussi pour toi Victor. Ne t’inquiète pas.

 

Chapitre IV

Le lendemain, j’avais eu une visite de l’un de mes employés qui m’a annoncé que mon entreprise venait d’être vendue. Estelle avait tous les droits, car elle avait mis tous mes biens en son nom. Cette nouvelle m’a complètement détruit. Je ne savais plus quoi faire, j’ai appelé Estelle pour avoir des explications, et elle m’a dit : « Victor, tu es à l’hôpital depuis maintenant quelques semaines, ta santé ne s’améliore pas de jour en jour donc je n’avais pas d’autre choix que de vendre l’entreprise. Et je préfère aussi t’annoncer que je demande le divorce, car je suis une jeune femme encore et je ne veux surtout pas porter le titre de veuve. Je ne sais pas combien de temps tu as à vivre donc on se verra demain, je vais passer à l’hôpital avec mon avocat pour signer les papiers du divorce si tu es d’accord, sinon je pourrai passer dans 2 jours, mais il faut faire vite. Je t’ai beaucoup aimé Victor, tu sais. Et sache que je ne t’oublierai pas et je prendrais soin de la maison. »

Je lui ai simplement répondu : D’accord à demain.

Je venais de perdre tout ce que j’avais gagné, tout ce que j’avais bâti venait de s’écrouler en un rien de temps. J’ai tout de même accepté le divorce avec Estelle. J’ai décidé de tout lui laisser, je ne voulais rien partager des biens. Je venais de comprendre que j’avais maintenant une chance de tout recommencer à zéro, je n’étais pas en état, mais j’avais encore un peu de foi, un peu d’espoir que je voulais placer en Dieu. Je savais que ce n’était pas encore fini pour moi, car Dieu n’avait pas enlevé le souffle de vie en moi. Une fois que j’ai tout fini avec Estelle, il me restait encore un peu d’argent pour payer l’hôpital et continuer à vivre. J’ai demandé à l’infirmière de prendre le reste de mon argent et avec ça de prier Dieu et de me trouver un endroit où je pouvais aller vivre en sortant de l’hôpital.

Ce jour-là, quand je me suis enfin retrouvé seul dans ma chambre, j’ai fait une prière, c’était ma première prière depuis quelques années. Mais c’est la prière qui a tout changé dans ma vie. Voici ma prière : « Dieu je te dis merci, merci pour ton amour, merci pour ta vie et merci pour ta grâce. Je reconnais que je t’ai déçu à plusieurs reprises. Je t’ai abandonné et j’ai marché en pensant que j’y arriverais par moi-même. J’ai perdu mon temps et des relations simplement parce que la voie que j’ai prise n’était pas celle où tu me voulais. J’ai laissé le désir de l’argent prendre le dessus sur ma vie, je me suis lancé dans des projets sans te demander ton avis. Je me suis associé à des personnes qui n’avaient pas la crainte de ta parole. J’ai fait ce que je voulais, ce que mes désirs me disaient de faire. Mais Dieu, aujourd’hui je te demande pardon. Je sais que tu es le seul qui peut me pardonner et ne plus regarder mon passé. Je veux que tu recommences une nouvelle histoire dans le magnifique livre de ma vie, je t’en supplie. Désormais, je veux que tu guides mes pas. Aide-moi à entendre ta voix. Je veux entendre ce que tu dis pour mon avenir, ce que tu dis pour mon travail, ce que tu dis pour ma famille, ce que tu dis pour ma santé. Montre-moi l’itinéraire, indique-moi le bon chemin. Je ne veux pas voyager parce que j’ai de l’argent, mais accorde moi la grâce de voyager là où tu veux que je voyage. Ne me laisse pas prendre un train parce que j’en ai les moyens, mais accorde-moi la grâce de prendre le train que tu veux que je prenne. Ne me laisse pas aller là où tu n’es pas parce que si je vais là où tu n’es pas, je risque d’avoir des problèmes inutiles. Seigneur, influence mon agenda, influence mes relations, influence mes ambitions. Je t’en supplie, ne me laisse pas perdre du temps, ne me laisse pas perdre de l’énergie et ne me laisse pas risquer ma vie à faire ce qui n’est pas dans ton cœur. Seigneur, sois engagé dans ma vie, parce que j’accepte de t’obéir et de faire ta volonté, j’accepte de te faire passer devant tout, avant tout et être mon tout. Merci Seigneur ! »

Quand j’ai fini de prier, j’ai dormi immédiatement. Quelques jours après tout ça, ma santé a miraculeusement évolué. J’ai fini par sortir de l’hôpital et j’ai directement quitté la France. L’infirmière m’avait acheté un petit appartement en Suisse. Le reste de l’argent, je l’ai envoyé à ma sœur pour ses études. Maintenant tu sais tout de mon histoire.

Aujourd’hui, je vis en Suisse, j’ai changé de nom et de fréquentations. J’ai continué mes études en Suisse pour me spécialiser et actuellement je suis à la fin de mon master et Dieu m’a fait grâce de pouvoir bénéficier d’une famille spirituelle formidable qui m’aide et me soutienne.

Je sais que le fait de croire en Dieu et de prier ne te préserve pas contre une agression. Tu ne peux pas dire à Dieu : protège-moi, soutiens-moi, accompagne-moi…, alors que tu suis tes propres voies. Tu n’écoutes que tes propres désirs. Sa protection n’est pas assurée. Tu es comme les incroyants qui sont à la merci de n’importe quel événement ou catastrophe qui pourrait surgir, Dieu n’est pas engagé. Ce qui te préserve c’est lorsque tu écoutes sa voix. Tu peux demander à Dieu ce que tu veux dans la vie, mais assure-toi juste que ce que tu veux c’est aussi ce que lui veut pour toi et pour cela, il te faut connaître sa parole. Prie Dieu de mettre en toi la sagesse, la connaissance et l’intelligence qui te feront faire la différence dans la vie au nom de Jésus. Il t’a créé pour régner, il t’a créé pour un but alors refuse de vivre une vie dont la présence est tout aussi insignifiante que l’absence. Quand on grandit, on se discipline, on se sépare de certaines choses mauvaises dans notre vie et dans notre caractère, simplement parce qu’on a compris là où l’on va, compris là où Dieu nous emmène. Cherche à connaître ce que Dieu dit pour ta situation et pour tes projets. Si tu penses savoir mieux que Dieu ce qui est bien pour toi, la vie te donnera une leçon très vite, alors toi qui le peux encore, gagne en temps et prie Dieu que son règne et sa volonté viennent dans ta vie. Je suis dans la joie aujourd’hui car tout me réussit avec lui, je l’entends me parler et je le laisse guider ma vie.

Aujourd’hui, je ne m’appelle plus Victor, mais lis son histoire et cela t’aidera peut-être à laisser Dieu prendre place dans ta vie. Que le Seigneur te bénisse !

 

M.L

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :