Parce qu’il est une puissance

A metallic chain with an explosed link.

 

Ils nous ont enseigné la loi du talion. Ils nous ont dit: « œil pour œil, dent pour dent ». Ils nous ont affirmé qu’être un bonhomme c’était rendre coup pour coup et ne pas être « mou ». Ils nous ont fait croire qu’être une femme qu’on respecte passait par la capacité à riposter et à parler plus fort que la personne en face de nous. Ils ont prétendu que la vengeance était digeste et qu’elle avait meilleure goût lorsqu’elle était froide et vide de toute humanité. La réalité est qu’ils nous ont menti !

Ils nous ont menti et pris en otage. Et ce qu’il y a de fou dans tout ça, c’est qu’à la prise d’otage ils nous ont fouillé et privé de nos effets personnels. Ils ont volé notre joie et notre paix. Ils ont piétiné l’amour qui résidait en nous et le sourire qui nous habillait avant de les jeter avec le reste aux déchets.

Ils nous ont menti en élevant la haine et la vengeance au rang d’outils de légitime défense. Ils nous ont menti en nous faisant adopter la rancune dans nos us et coutume.

Postulat: On s’est fait roulés ! Loin d’être un acte de faiblesse, le pardon est une puissance qui libère ! Et j’insiste, il libère !!

Le pardon fait partie de ces actes dont le résultat est toujours et assurément supérieur à ce que nous attendions. Un acte dont nous sommes les premiers ainsi que les plus grands bénéficiaires. Notez donc que lorsque nous pardonnons, c’est à nous que nous rendons service. Ça paraît fou et irréel car lorsque nous pardonnons quelqu’un, nous avons l’impression de lui avoir fait une faveur. Et quand nous accordons le pardon à une personne qui n’a pas jugé utile de nous le demander, alors c’est un sentiment de faiblesse qui nous habite. Et pourtant, pardonner c’est se libérer soi-même avant tout autre chose. La colère, la haine, la rancune sont assassines. Si l’on pouvait mettre un portrait à côté du terme « serial killer » dans le dictionnaire encyclopédique Larousse, l’une de ces émotions y serait pour sûr. Contrairement à ce que nous pensons, ces émotions tuent notre joie, notre paix, notre créativité et j’en passe… Plus encore, elle nous prive de notre liberté.

N’avez-vous jamais connu cette période assez désagréable où vous en voulez fortement à Mathilde ou Germain ?! Et comme le veux la tradition du boudage, vous leur faites la tête, ne leur parlez plus et/ou vous les évitez. Ceci étant, dans les faits, comment est-ce que ça se passe ? A chaque fois que croisez Mathilde c’est vous qui êtes mal à l’aise. Quand vous avez le « malheur » de vous retrouver en petit comité et que Germain en fait partie, c’est vous qui grimacez et qui risquez de partir sous prétexte que « certaines présences » vous sont insupportables. Mais ce n’est pas tout. Cette histoire vous poursuit jusqu’à la maison, bien que vous y soyez seuls. Oui oui ! Qu’il soit l’heure de se coucher, que vous veniez de vous lever ou qu’il soit tout simplement 15 heures, cette histoire vous obsède. Vous la tournez dans tous les sens. Vous révisez même le scénario en y intégrant différentes variantes de réactions et de paroles choc qui vous aurait permis de pseudo-triompher sur votre « ennemi » et de vous sentir enfin serein.

Mais… euh… Comment dire ? Quel que soit le travail de révision que vous ferez sur le scénario, ça ne changera rien à la réalité. Seule une chose le fera. Il s’agit du pardon. Seul le pardon nous libère et nous élève. En effet, le pardon nous élève. Il nous élève non pas au-dessus des autres mais il nous élève bien au-delà des situations et nous offre une belle opportunité de dominer.

Pardonner c’est libérer son âme, pardonner s’est s’élever au dessus des situations, pardonner s’est dominer. Pardonner c’est disposer de joie, de paix, de sérénité, de créativité ou d’amour; et tout ça sans restriction.

À un moment complètement improbable, dans une situation complètement improbable, un homme, juste, condamné à mort à tort dira: « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font ». Un peu plus loin dans l’histoire on nous dira, en faisant référence à son humilité, que « C’est pourquoi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom ».

Ne laissons pas l’orgueil nous jouer des tours et réalisons que le pardon est une puissance et qu’il libère. Alors équipons nous !

Z.K

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :