Parce que je m’aime…

J’ai envie de raconter plein de choses parce que l’amour me parle. L’amour est un sujet de conversation dont je ne me lasse pas et sincèrement, je pense qu’aimer c’est cool.

La vie est faite de sorte que nous apprenions tous les jours de nouvelles choses; que nous rencontrions de nouvelles personnes et que nous avancions en mettant en pratique ces enseignements/acquis quotidiens.

Comme annoncé, parlons d’amour. J’ai d’ailleurs très envie que nous parlions d’un fait… Celui de s’aimer. Oui, de s’aimer soi-même. Au risque de passer pour un descendant de la lignée de Narcisse, je voudrais attirer votre attention sur une chose… L’amour de soi est capital. Il est une base pour aimer les autres et leur faire du bien.

Postulat: Nous avons la fâcheuse tendance de croire que l’excès d’attention envers les autres est une thérapie nous permettant de palier au manque d’amour dont nous faisons preuve envers nous-mêmes. Seulement… Euh comment dire ?! Cette réalité est fausse !!

Nous sommes supposés nous aimer. Aimer l’œuvre que le Seigneur a faite, qu’Il a signé de sa plume de maître, pour laquelle il s’est félicité et a déclaré qu’elle était très bonne. David, oui le bel homme qui renverse Goliath avec un caillou et qui apparemment était un sacré « ambianceur » quand il s’agissait de louer le Seigneur, dira (et j’insiste): « Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes œuvres sont admirables, Et mon âme le reconnaît bien. » (Psaumes 139.14)

Dieu nous parle effectivement d’un amour inconditionnel à manifester envers les autres. Cependant il y a un hic. Quand le Seigneur nous demande d’aimer nos voisins, nos collègues, la concierge ou notre garagiste, il nous demande de le faire comme nous nous aimons nous-mêmes. D’où mon second point: la base de l’amour et donc du désamour qu’on a pour les autres est l’amour ou le désamour que l’on a pour soi-même. Je ne parle pas ici d’égotisme ou de narcissisme mais plutôt de cet amour « sain » et juste qui nous pousse à prendre soin du temple de Dieu que nous sommes et de considérer à sa juste valeur celui ou celle (c’est-à-dire NOUS-MÊMES) que Dieu appelle la prunelle de son œil. Je parle de l’amour de soi sur lequel nous pouvons construire notre confiance en nous mais également dont notre bien-être dépend. Je parle d’un amour qui trouve sa source dans l’Amour lui-même, c’est à dire en Dieu.

Enfin, troisième point: sachant que l’histoire d’aimer est loin d’être aisée (qu’il s’agisse de soi ou des autres), le Seigneur a prévu l’arme fatale; un catalyseur de bonnes œuvres, un guide, un conseiller sur mesure et à dispo 24/7, un enseignant ainsi que le meilleur coach de vie possible: le Saint Esprit. Dans l’épitre de Paul aux Romains (ce livre est de la bombe en puissance pour ceux qui souhaitent s’enrichir de sa lecture) 5 verset 5: « … l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné ».

Pour terminer, je dirais ceci: mes plus belles victoires, je les ai remportées alors que j’étais en bon terme avec moi-même… Et quand m’aimer me paraît impossible je me rappelle que: parce qu’un homme m’a TANT aimé, il a tout lâché, est venu à ma rencontre alors que je ne savais pas que j’avais besoin de lui… Il a tout accepté, tout supporté et surtout tout accompli pour que je puisse mener une vie victorieuse. Au regard de ça… Rien ne peut m’empêcher de réaliser ma valeur, ni de m’aimer.

Z.K

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :