Femme soumise ou femme libérée ?

Je veux partir de l’histoire d’une femme qui a compris le mystère et la profondeur de la soumission à son mari et qui a pu vivre une vie de couple harmonieuse, équilibrée et bénie. Elle était celle que tout le monde considérait dans le quartier comme une folle à cause de sa soumission à son mari. Il faut le dire, ce mari, n’avait rien d’un homme qui méritait une femme aussi soumise. Mais, cette femme par principe, disait aux autres, qu’être soumis pour elle n’avait rien à voir avec le comportement souvent déplacé de son mari. Elle veut simplement monter que son choix de la soumission est conforme à la recommandation du Père et cela constituait pour elle une arme puissante qui a préparé, transformé, et construit son mariage et surtout a permis à son mari au cours des années d’apprendre à aimer sa femme avec fidélité et amour sincère.

Cette femme par son comportement, son attitude, l’harmonie de son foyer, l’éducation donnée à ses enfants et surtout la vie de joie, de paix et d’amour qu’elle vivait avait fini par changer le regard des autres (hommes, femmes et enfants), sur le fondement et le bienfait de la soumission.

Au-delà de cette petite histoire, nous voyons que la soumission au lieu d’être considérée comme une contrainte est au contraire un choix, un art de vivre qui impose respect, honneur et approbation du Père.

À ce stade de ma réflexion, je vois dans le regard ou dans la pensée de certaines personnes ces versets de la Bible qui défilent et ces personnes veulent me dire c’est la parole de Dieu qui demande aux femmes d’être soumises à leurs maris ou non ?

« Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur.… »

Mais je veux affirmer avec force et inquiétude, que nous vivons aujourd’hui dans une société où l’homme fuit souvent ses responsabilités en se cachant de façon tronquée derrière la parole de Dieu pour réclamer voir imposer la soumission aux femmes. Je dis non, personne, même si l’homme est le chef de la famille, n’a pas le droit de détourner les écritures à son avantage en essayant d’avoir une domination sur l’autre.

Si la Parole nous recommande d’aimer notre prochain comme nous-même. Alors, une femme soumise ne doit jamais être une femme dominée.  De même, un homme qui n’est pas soumis au Seigneur comme le recommande le même verset doit chercher en premier à régler cette situation avant d’espérer recevoir une quelconque soumission de sa femme.

Ici il y a simplement une question de hiérarchie, d’ordre, d’autorité, de responsabilité, ce qui n’a rien à avoir avec une domination de l’homme sur la femme. Au contraire, il est question de manifester l’amour comme Christ, qui est le chef, aime son église qu’il ne cesse de préparer pour son retour.

« Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Église, et s’est livré lui-même pour elle, »

« … Maris, aimez vos femmes, et ne vous aigrissez pas contre elles.… »

Comprenons qu’une vérité réside dans l’Évangile, c’est que les maris doivent se livrer pour leurs femmes comme le Fils s’est livré pour l’Église.

Voilà, ce passage en revu de ces versets nous montre et nous donne un encouragement magnifique à embrasser le bonheur qu’il y a à respecter le rôle que le Seigneur a assigné à l’un et à l’autre dans le couple pour ce qui est de la soumission.

Alors je veux finir en disant, qu’être une femme libre dans le plan du Père est plus que compatible avec la soumission.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :