Mon expérience à moi

Pendant longtemps je n’aimais pas trop prier. Je trouvais ça ennuyant et surtout, je n’y trouvais pas mon compte. Il fallait deux choses pour que je m’adresse à Dieu ; soit que je sois dans une situation où je n’avais aucune issue (genre un test pour lequel je n’avais pas étudié, un match que je voulais absolument gagner ou encore ce moment où tu dois rentrer à la maison mais que tu as dépassé de 3 ou 4 heures le couvre-feu…) donc autant essayer Dieu, soit quand je me trouvais à l’église ou ailleurs et que le temps était à la prière. Dur, long et contraignant. Voilà comment j’aurais pu qualifier la prière en ce temps.

Durant bien des années, je me suis adressée à Dieu sans réelle conviction. Je lui parlais dans un langage que même moi, je ne comprenais pas. J’employais des formules que je récupérais de mes aînés en me disant que si ces derniers les employaient, c’est que les fameuses formules devaient fonctionner pour eux, et donc pourquoi pas pour moi ?!

Pendant longtemps j’étais persuadée de n’avoir aucune importance pour Dieu. J’étais convaincue que ma vie ne comptait pas. Et puis bon… Est ce qu’il existait vraiment ce Dieu qui me laissait être si malheureuse ? Ma frustration avait laissé place au doute et au fatalisme. Je prenais les choses comme elles venaient. Il pouvait m’arriver de soumettre mes situations à Dieu, mais c’était pour la forme, par acquit de conscience. Au moins après je ne pouvais pas me dire que j’aurais du essayer… Tout ça en sachant qu’il ne me répondrait pas…

A ce jour, tout a changé. Non ça n’a pas changé d’un coup. Mais une chose a complètement révolutionné ma manière de voir la prière. Cette chose c’est la relation. Après être passée par diverses circonstances qui m’ont forcé à croire que Dieu existe, rien de plus logique que de chercher à le découvrir. De là est née ma relation avec Dieu. Et cette relation a légitimé le fait que je m’adresse à lui. La relation a simplifié les propos. La relation a même rendu la prière agréable et nécessaire. Oui, je parle beaucoup de relation mais la réalité est que : aimer et se savoir aimer rend la communication indispensable. Prier est devenu naturel. Y a des fois où j’ai plus envie de lui parler que d’autres mais je ne peux pas vraiment imaginer avancer sans m’adresser à mon papa ; sans m’adresser à celui qui m’a aimée, qui m’aime plus que personne ne m’aimera.

A travers de ces quelques lignes je voudrais encourager toutes les personnes qui se demandent si Dieu existe vraiment… Laisse-lui le bénéfice du doute et il te surprendra.

Z.K

gospel is; gospel is, j’aime gospel is, gospelis, gospelis, gospel is toujours là pour vous servir, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, gospel is, 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :