Je fais parce que je suis

Il y a une pensée qui me travaille depuis quelques jours maintenant. Cette pensée est simplement que l’être passe avant le faire. La personne que tu es n’est pas définie par ce que tu fais, le nombre de diplômes que tu as obtenu ou encore les actions que tu poses au quotidien pour l’avancement du Royaume de Dieu. Eeeeh non !! Même ce que tu fais pour le Seigneur ne définit aucunement qui tu es.

Dans la culture occidentale, le « faire » est primordial. On parle de savoir-faire avant de parler de savoir-être et on vit selon la maxime « je fais donc je suis ». Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais, lorsqu’on rencontre quelqu’un pour la première fois, après avoir pris connaissance de son prénom ainsi que son lieu de résidence, on s’enquiert de sa profession. « Et sinon, tu fais quoi dans la vie ? » Très souvent suivit d’un « AAAAH » enthousiaste voire admiratif, de grands yeux ouverts, tout ceci accompagné d’un sourire approbateur si le métier pratiqué est bien coté par notre système de valeur. Cette manière de penser nous conduit à dire de soi et par conséquent des autres que si je ne fais pas, peu ou mal, je ne suis pas grand-chose.

Attention ! Je ne viens pas annuler la valeur des actions que chacun et chacune posent. Vous travaillez, servez, etc ? Continuez, car c’est une bonne chose. Cependant, ne définissez pas qui vous êtes par ce que vous faites. N’estimez pas votre valeur en fonction de votre CV, votre salaire ou du nombre de personnes à qui vous avez parlé de Jésus la semaine dernière.

Un fondement dans le Royaume de Dieu, c’est notre identité. Nous sommes enfants de Dieu et portons la valeur que Lui, notre Seigneur, nous donne. En nous Il s’est investi afin que nous Lui ressemblions. Il ne s’agit pas de combien nous faisons ou avons fait. Mais avant tout, de combien Dieu nous a aimés et a investi en et pour nous. Combien Il est heureux à chaque fois qu’Il pose son regard sur nous, et ce, indépendamment de nos réussites et ou nous échecs. Christ nous invite à faire pareil, Il nous invite à nous regarder, mais également à regarder les autres en fonction de qui nous sommes et de qui Il est. Et pour limiter la casse, pour rendre la chose possible et donner un réel sens à nos actions, le Seigneur nous a donné son Esprit qui vit en chacun et nous rend capable de Le manifester ainsi que de porter du fruit.

Dans la culture du Royaume, on fait parce qu’on est.

Un homme a dit un jour : « Étant donné que la culture s’acquiert par apprentissage, les gens ne naissent pas Américains, Chinois ou Hottentots, paysans, soldats ou aristocrates, savants, musiciens ou artistes, saints, chenapans ou moyennement vertueux : ils apprennent à l’être. ».


Je compléterai cet homme en citant l’apôtre Paul qui dira : « Et nous tous qui, le visage découvert, reflétons, comme dans un miroir, la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en son image dans une gloire dont l’éclat ne cesse de grandir. C’est là l’œuvre du Seigneur, c’est-à-dire de l’Esprit. » 2 Corinthiens 3 : 18

La culture du Royaume, c’est regarder à qui est Christ, l’intégrer et le manifester. Je suis donc je fais.

Z.K

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :