Tu veux bien qu’on fête ça ?

Je trouve assez fou/troublant (et aux antipodes de la réalité) cette philosophie selon laquelle les bons moments sont des exceptions, que la vie doit être dure et que sourire, c’est pour les autres ou pour les fêtes… 

Et si ça dépendait de nous ? Si tous les matins, on pouvait recommencer pour s’améliorer (ça fait beaucoup d’opportunité) ?

Pour faire simple, partons du postulat : Dieu nous aime et ses bontés se renouvellent chaque matin !

En d’autres termes, dans son amour, Dieu a prévu pour chacune de nos journées de quoi se réjouir et célébrer ! Ceci étant, quel est donc le regard que l’on pose sur ce qui nous arrive ? Sur quoi fixons-nous notre attention ? Que désirons-nous ? À quoi nous attendons-nous ? Dans quelle direction est-ce que nous avançons (ou reculons) ? Avons-nous bien déposé ce que nous n’avons pas à porter afin de ne pas nous épuiser et de prendre plaisir à marcher et avancer ?… 

Nous avons donc le choix (et le droit) de démarrer nos journées en nous posant la question : « Qu’est-ce qui va me réjouir aujourd’hui ? » Plutôt qu’en cherchant à savoir qui sera la première personne à venir « gâcher notre bonne humeur » et après que ce soit arrivé, de s’empresser de dire « je le savais »…

Autant certains cherchent de l’or et investissent tout ce qu’ils peuvent dans leur labeur, autant, on peut se positionner devant chacune de nos journées comme un « joy-digger » (chercheur de joie), nous attacher à Christ ainsi qu’à sa vérité, chercher à ce que sa joie nous remplisse et qu’ainsi la nôtre soit complète et réelle dans tous les aspects de notre journée.

Et si on prenait la peine et le temps de célébrer toutes les petites choses qui d’une manière ou d’une autre peuvent nous mettre en joie. Pourquoi attendre un anniversaire ou le 31 décembre pour se féliciter d’avoir été, d’avoir fait ? Pourquoi attendre pour être heureux de connaître, de côtoyer, d’avoir vu ou entendu ? Pourquoi attendre pour sourire, rire, remercier, aimer, célébrer ? Et si on ôtait le caractère « exceptionnel » à la joie, qu’on l’invitait à prendre une place parfaite et définitive dans notre quotidien et qu’on en faisait un art de vivre.

« Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi. » Galates 5 :22 BDS

Et si…

Et si on commençait genre… maintenant ?!

Z.K

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :